Église évangélique Assemblée de DIEU de Clermont-Ferrand

Menu

L’attente de la promesse de Dieu

L’attente de la promesse de Dieu
Habacuc 2.2-3 : « L’Éternel m’adressa la parole, et il me dit : Écris la prophétie : Grave-la sur des tables, afin qu’on la lise couramment. Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle tarde, attends-la, car elle s’accomplira certainement. »
Telle est ici la promesse que Dieu va faire à Habacuc : « Si elle tarde, attends-la … »
Que c’est bon, lorsque nous avons prié, de recevoir de Dieu une promesse de bénédiction ou de délivrance. Mais une fois la promesse reçue, cela ne veut nullement dire qu’elle va s’accomplir immédiatement ; quelques fois, il y a un temps d’attente ou un délai entre la promesse qui nous est faite et sa réalisation.
Or, l’attente n’a jamais été le point fort de l’homme. Nous avons horreur d’attendre, que ce soit chez un médecin, dans un embouteillage ou dans n’importe quelle autre situation. Il en est de même dans le domaine spirituel : lorsque l’exaucement n’est pas immédiat, nous nous impatientons, nous exprimons à Dieu nos incompréhensions : « Jusques à quand Seigneur ? Quand m’exauceras-tu enfin ?… »
Cependant, l’écriture nous apprend que l’attente est une étape importante dans la consolidation de notre foi. Elle nous apprend la patience et la persévérance. D’autant que nous sommes habitués à de l’instantané ; C’est le siècle de l’instantané. Mais dans la marche avec Dieu, s’il y a des expériences qui se vivent en un instant, d’autres demandent du temps. D’ailleurs, Dieu travaille toujours dans le temps, parce que ce qui requiert du temps dure plus longtemps. Ainsi par l’attente, le Saint-Esprit veut nous former à la patience, pour nous apprendre à attendre le moment de Dieu. C’est le chemin par lequel plusieurs sont passés avant nous pour nous laisser un exemple :
Abraham s’est vu promettre qu’il deviendrait le père d’une multitude de nations, et il n’a pas eu d’enfant avant l’âge de 99 ans. Il est l’exemple de la foi persévérante !
Dieu a annoncé à Moïse que ce serait lui qui libérerait son peuple de 400 années d’esclavage, puis il l’a fait attendre 40 ans dans le désert. Ce fût 40 années de préparations indispensables à ce service !
Joseph a passé des années en prison avant que Dieu l’élève et le place à la tête de son royaume. Ce fût nécessaire pour qu’il apprenne l’humilité, ce chemin qui précède la gloire.
Après avoir été oint comme roi, David a attendu des années avant de monter sur le trône. Le temps de Dieu n’est jamais celui des hommes.
Même Jésus a attendu 30 ans avant de commencer son ministère public.
Nous devons tous passer par ce temps d’attente. Ce temps nous enseigne à faire confiance à Dieu et à persévérer dans ses promesses. Nous apprenons ainsi, que le temps de Dieu n’est pas le nôtre ; son temps à Lui est toujours parfait. Plus encore, nous apprenons que le délai de Dieu n’anéantit pas pour autant ses desseins à notre égard.
Comme des enfants bien-aimés de Dieu, apprenons à faire la différence entre « NON » et « PAS ENCORE » ! Souvent le délai divin n’était pas un « NON », mais « PAS ENCORE ».

À ne pas rater

x

Madelyne

J’ai toujours cru qu’un Être suprême, créateur du ciel et de la terre, créateur de l’homme, existait. Mais il...

Jean-Pierre

Chez nous la vie était très difficile, alors que rien ne semblait nous manquer pour être  une famille heureuse....

Job (2)

29 juillet 2018

Job

15 juillet 2018

< >

+

À ne pas rater

^

Tous droits réservés copyright © 2018 - adD de Clermont-Ferrand