Église évangélique Assemblée de DIEU de Clermont-Ferrand

Menu

LE BOUC ÉMISSAIRE

C’est avec un cœur plein de reconnaissance que nous pouvons dire : « On dit fréquemment de quelqu’un sur qui retombe une responsabilité plutôt collective : « Il sert de bouc émissaire »

Cette expression est directement empruntée de La Bible. Dans le chapitre 16/5 du livre du Lévitique, il est question, en effet, d’un rituel au cours duquel deux boucs étaient offerts pour accomplir l’expiation des péchés du peuple d’Israël. Le premier bouc était sacrifié, l’autre restait vivant.

Le texte biblique nous donne cette explication aux versets 21 à 23 : « Aaron posera ses mains sur la tête du bouc vivant, et il confessera sur lui toutes les iniquités des enfants d’Israël et toutes les transgressions par lesquelles ils ont péché ; il les mettra sur la tête du bouc, puis il le chassera dans le désert, à l’aide d’un homme qui aura cette charge. Le bouc emportera sur lui toutes les iniquités dans une terre désolée ; il sera chassé dans le désert. »

Ainsi, pendant que le souverain sacrificateur imposait les mains sur la tête du bouc vivant, les péchés du peuple étaient pour ainsi dire transférés des coupables à l’innocent. La culpabilité était ôtée.

Quelques siècles plus tard, en offrant sa vie pour nos péchés pour en porter le fardeau, Jésus nous délivrera aussi de nos iniquités.

1 Pierre 2/22- 24 : « Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude… a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice… »

Le rituel ne s’arrêtait pas là. Après ce « transfert de culpabilité », le bouc était envoyé dans le désert, pour ne plus revenir ; d’où son nom de bouc « émissaire », c’est-à-dire « envoyé au loin », ce qui évoque bien l’éloignement de la culpabilité, donc celui du péché.

David exprime cette même pensée dans le psaume 103/12 : « Autant l’Orient est éloigné de l’Occident, autant Dieu éloigne de nous nos transgressions… »

L’œuvre que Jésus a accomplie sur la croix est une illustration parfaite de la notion du « bouc émissaire », puisqu’il a pris sur lui toutes nos iniquités, tout en étant parfaitement pur lui-même.

Aujourd’hui l’expression « bouc émissaire » a perdu son véritable sens. Elle désigne, en effet, la personne que l’on accuse à tort de toutes les fautes, en se donnant à soi-même bonne conscience. Or, Dieu n’a pas suscité le bouc émissaire pour décharger les enfants d’Israël de leurs responsabilités, mais pour leur permettre de repartir dans la bonne direction, après s’être repentis et avoir été pardonnés de leurs péchés.

Remarquons également, qu’à l’origine, l’expression « bouc émissaire » laisse entendre un acte volontaire de la part de Dieu. De même en Jésus, c’est ce que l’on peut voir : Lui le juste et l’innocent par excellence, a accepté de devenir péché pour nous sans aucune contrainte.

2 Corinthiens 5/19, 21 : « Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses… Celui qui n’a point connu le péché, Dieu l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu. »

Ailleurs, Jésus lui-même dira : « Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même ; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre : tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. » Jean 10/17-18

Aujourd’hui, malheureusement, c’est une responsabilité que l’on fait peser sur quelqu’un uniquement par contrainte. Ce qui, à l’origine, témoignait de l’amour de Dieu pour ses créatures a été détourné pour jeter la culpabilité sur autrui. Jésus, lui, n’est pas mort par contrainte, mais volontairement.

Merci Jésus pour la croix, pour le prix payé. Car tu t’es donné sans rien retenir… »

À ne pas rater

x

Gabriel

Ayant entendu parler de l’Évangile depuis le début de mon enfance, j’ai pu apprendre beaucoup de choses sur Dieu...

Hélène

Née dans une famille chrétienne, je vais à l’église depuis toute petite, au début j’assistais au club du dimanche...

Dimanche 13 novembre 2022

13 novembre 2022

Culte dimanche 6 novembre 2022

6 novembre 2022

< >

+

À ne pas rater

^

Tous droits réservés copyright © 2022 - adD de Clermont-Ferrand